Articles classés dans la catégorie : Travaux

BOIS DU GÉLINOT

Dans le cadre du chantier d’aménagement de l’A480 par AREA, des démarches de compensation des impacts écologiques sont engagées, ainsi que des mesures d’accompagnement environnementales. C’est dans ce cadre que des travaux forestiers ont lieux dans le bois du Gélinot, en partenariat entre la commune et la société concessionnaire de l’autoroute A480. 

Un peu d’histoire : 

Le ruisseau du Gélinot, anciennement bras secondaire de l’Isère, traverse l’un des derniers boisements, à l’origine alluvial, de l’agglomération grenobloise. Suite aux travaux de dragage de l’Isère (1950- 1980), puis aux travaux du barrage de Saint-Égrève (1990), le ruisseau du Gélinot n’est plus alimenté par l’Isère, ni par sa nappe alluviale. Déconnecté hydrauliquement et n’étant donc plus soumis à la dynamique fluviale de l’Isère, le bois du Gélinot a ainsi évolué progressivement vers des boisements accueillant de plus en plus d’essences qui ne sont pas typiques des forêts alluviales et pouvant être invasives comme le Robinier faux acacia. 

La société spécialisée dans la maîtrise d’œuvre de travaux écologiques Biotec de Lyon a été mandatée par AREA pour mettre en place et suivre ces travaux forestiers. Deux équipes au sein du boisement interviennent ainsi simultanément cet automne pour réduire la place prise par ce Robinier faux acacia. La première est ciblée sur des travaux forestiers mécanisés.

La seconde intervient dans les secteurs les moins accessibles du boisement et réalise des travaux plus fins d’abattage, de débardage et de dessouchage avec trois chevaux : deux Franc-comtois (Tendresse et Denver) et un Trait du Nord (Aramis). Ce traitement sera poursuivi au printemps prochain par des actions de dévitalisation des souches. 

Le débardage au cheval est une technique de sylviculture qui consiste à transporter des arbres abattus de leur lieu de coupe vers une zone de dépôt à l’aide d’un cheval. Plus respectueux des sols et moins gourmand en carburants, le débardage à cheval se retrouve aujourd’hui en phase avec les préoccupations écologiques. 

L’étape suivante sera la mise en place de plantations à partir de jeunes plans prélevés directement dans le boisement. Des espèces locales comme l’Orme, le Chêne et le Frêne seront utilisées. 

Photos : © Fabrice Grondeau

SQUARE CHARLES FERRERE

Nous rappelons aux nucérétain(e)s  que depuis qu’ils ont été vendus, 120.000 € pendant le premier confinement, le 13 mai 2020, par l’ancien maire, l’édifice et le terrain du square relèvent maintenant de la propriété privée.

La mairie n’a aucune information sur le déroulé des travaux. Nous allons proposer au promoteur d’organiser une réunion d’information pour tous les habitants de Noyarey.

ACCESSIBILITÉ DU CIMETIÈRE

La loi du 11 février 2005 sur l’accessibilité des établissements recevant du public (ERP) impose la mise en place d’aménagements pour permettre aux personnes à mobilité réduite (PMR) d’accéder facilement à tous les établissement recevant du public et ce depuis le 1er janvier 2015.

Depuis le 5 août 2020, le cimetière de Noyarey est conforme à cette loi.

Création d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite
sur le cimetière du haut de Noyarey

Avis du Domaine sur les terrains du square Charles Ferrère.

Lorsque la commune souhaite céder un de ses terrains, elle a l’obligation de consulter le pôle d’évaluations domaniales qui est un service de la direction générale des finances publiques.

Suite à la concertation organisée autour des groupes de travail habitants, dans le cadre du projet de centre village, la commune a décidé de céder le square Charles Ferrère selon la valeur vénale admise par le PED que vous pouvez consultez en cliquant ici , soit 120 000 euros.

En effet le PED nous explique notamment que pour réaliser son projet :  » le promoteur est règlementairement contraint par le PLU de réaliser un stationnement enterré. Sur ce terrain, le sous-sol devra être réalisé avec un cuvelage estimer à environ 1 000 000 d’euros ».

Par ailleurs, le PED fait état d’un bâtiment à démolir avec « un coût estimé à 50 000 euros. »